SPIEN

Absences de profs non-remplacées : mobilisation des parents d’élèves du 93.

dimanche 3 avril 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Des parents d’élèves et ensei­gnants de Seine-Saint-Denis se sont mobi­li­sés jeudi pour dénon­cer le manque de moyens, s’estimant vic­times de "dis­cri­mi­na­tion ter­ri­to­riale" notam­ment pour le non-remplacement de pro­fes­seurs, a constaté une jour­na­liste de l’AFP.

A Saint-Denis, envi­ron 250 per­sonnes se sont ras­sem­blées jeudi matin devant la mai­rie. D’après Arnaud Schneider du syn­di­cat d’enseignants SNUipp, 15 écoles de la ville étaient "désertées".

A Montreuil, une cin­quan­taine de parents ont occupé les locaux de l’Inspection aca­dé­mique selon Bruno Carrié, parent d’un élève de maternelle.

Les parents des deux villes devaient sai­sir la Halde, Haute auto­rité de lutte contre les dis­cri­mi­na­tions et pour l’égalité, pour "dis­cri­mi­na­tion territoriale".

"Il y a de vrais dys­fonc­tion­ne­ments. Sur les 15 der­niers jours, mon fils qui est en CP a raté quatre jours d’école à cause des non-remplacements, a déclaré Cécile Flament, mère de deux enfants sco­la­ri­sés à Saint-Denis. "Les inves­tis­se­ments ne sont pas du tout à la hau­teur des besoins", a-t-elle ajouté.

"On a l’impression que dans le 93, on n’a pas les mêmes chances de réus­site, a estimé Nour Chakhchoukh, élève de ter­mi­nale à Saint-Denis. On pense à nos petits frères et soeurs, on est inquiets pour le deve­nir de leur éducation".

"J’admets que la situa­tion sociale et sco­laire est plus com­plexe en Seine-Saint-Denis qu’ailleurs, mais jus­te­ment l’Etat y répond", a réagi l’inspecteur d’académie Daniel Auverlot.

Il explique que la Seine-Saint-Denis compte 700 maîtres rem­pla­çants pour 7.200 classes, soit plus que la moyenne nationale.

Le 15 mars, des parents d’Epinay-sur-Seine avaient déjà déposé un recours auprès de la Halde pour dis­cri­mi­na­tion. Ils se sont à nou­veau mobi­li­sés jeudi et 50% des élèves étaient absents, selon Mathieu Glaymann, parent d’élève FCPE, prin­ci­pale fédé­ra­tion de parents d’élèves.

"Sur l’ensemble de la ville, il y a eu 680 jours non rem­pla­cés dans le pri­maire depuis la ren­trée", a déclaré Murielle Rumenieras de la FCPE.

M. Auverlot fait valoir que deux postes de rem­pla­çants seront créés à Epinay-sur-Seine à la pro­chaine ren­trée et que la ville compte déjà 27 maîtres rem­pla­çants pour 276 classes dans le pre­mier degré. "Nous avons par­fois des dif­fi­cul­tés à répondre ponc­tuel­le­ment aux absences, mais il y a plus de rem­pla­çants qu’ailleurs", a-t-il ajouté.

D’autres actions ont égale­ment été menées à Saint-Ouen, où deux-tiers des établis­se­ments ont été occu­pés selon Loïc Canitrot, délé­gué FCPE, avant une mani­fes­ta­tion pré­vue dans la ville en fin d’après-midi.

La mobi­li­sa­tion doit se pour­suivre vendredi.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 165911

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9