SPIEN

2013-2014 : encore une année de transition pour l’éducation nationale.

jeudi 9 mai 2013 par SPIEN

L’année 2013-2014 sera une année de transition. C’est en tout cas la lecture que l’on peut faire de la circulaire de rentrée 2013, publiée le 11 avril. Ce document, qui donne les grandes orientations à suivre, présente quelques changements. Mais il faudra attendre 2014, et surtout 2015, pour voir se mettre en place les principaux chantiers de la « refondation » annoncée par le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon.

La rentrée 2013 - la première préparée par la gauche depuis l’alternance - sera marquée par la création de 6770 postes (3000 au primaire, 3770 dans le secondaire). Ces moyens serviront surtout à faire face à la hausse démographique, alors que 30 000 élèves supplémentaires sont attendus dans le 1er degré, et au moins autant dans le 2nd degré. Ils permettront aussi d’accueillir les étudiants des futures « écoles supérieures du professorat et de l’éducation » (ESPE), à qui il sera proposé d’effectuer un tiers-temps de service.

La « priorité au primaire », affichée dans la loi d’orientation sur l’école, trouvera ses premières traductions concrètes avec la relance de la scolarisation des moins de 3 ans et le dispositif « plus de maîtres que de classes », essentiellement dans les zones défavorisées. Quelque 1 500 emplois sont attribués pour ces deux mesures. Il faudra être plus patient pour la révision des programmes du primaire et du collège, du « socle commun de connaissances, de compétences et de culture », des cycles et des conditions de certification en fin de 3e. « C’est un travail qui prend du temps, prévient-on au ministère. Il faut que les personnels soient consultés, que le Conseil supérieur des programmes, que nous allons mettre en place, fasse ses propositions, que les éditeurs conçoivent les manuels... » Au final, les nouveaux programmes ne seront pas arrêtés avant 2014 et appliqués en 2015. La 3e dite « prépa-pro » - qui s’est substituée, en 2011, à la 3e de découverte professionnelle - est pour l’instant maintenue, car « elle donne satisfaction sur le terrain », estime-t-on dans l’entourage de M. Peillon. En revanche, « toutes les formes d’alternance seront proscrites pour les élèves de moins de 15 ans ». Pour ce qui est du lycée, le ministère se laisse le temps de faire le bilan des réformes engagées en 2009 et 2010. Il souhaite préserver l’accompagnement personnalisé au lycée, qu’il juge « très bénéfique ».

Quelques nouveautés se mettront en place progressivement en cours d’année : des services numériques, un « parcours d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » ou encore un « parcours d’éducation artistique et culturelle ». L’assouplissement de la carte scolaire sera revu à la marge. Dans un premier temps et « pour éviter les excès » en matière de dérogations, les demandes formulées au titre des « parcours scolaires particuliers » seront traitées en dernier. Sur l’échelle des motifs justifiant une autorisation de dérogation primeront les enfants handicapés, les boursiers, les fratries... La réforme de l’éducation prioritaire attendra elle aussi. Des assises sont prévues à l’automne.

Source : la lettre de l’éducation


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 162411

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 45