SPIEN

Ce que le budget 2016 réserve à l’Education nationale

samedi 31 octobre 2015 par SPIEN

De manière globale, le budget accordé reste constant, voire en légère progression avec 67 milliards d’euros pour l’Enseignement scolaire et 26 milliards d’euros pour l’Enseignement supérieur et la Recherche. Dans le détail des postes d’attribution, la plupart des secteurs sont en hausse à l’exception du soutien à la politique de l’Education nationale (- 16 millions d’euros). Pour l’Enseignement supérieur, ce sont les investissements dans la Recherche économique et industrielle, ainsi que dans les services civils et militaires qui connaissent le plus gros recul (- 50 millions d’euros).

Au niveau scolaire

Le secteur de l’enseignement privé est très favorisé (+ 28 millions d’euros) et dans le supérieur, ce sont les budgets réservés à la recherche universitaire (+ 200 millions d’euros) et à la vie de l’étudiant (+ 36 millions d’euros) qui connaissent les plus grosses hausses. La hausse des dépenses des personnels dans le secteur privé (+ 6 millions d’euros) qui va financer 500 créations de postes à la rentrée n’explique pas tout : le plan numérique et la formation continue des enseignants du privé alourdissent aussi la note pour un enseignement dont la ministre attend désormais plus que de l’école publique avec des ambitions d’acquisitions du socle commun en hausse en fin de 3ème dès l’année prochaine. Dans le supérieur, l’augmentation de 100 millions d’euros annoncée par Manuel Valls est effective. Mais elle fait doucement sourire lorsqu’on pense au récent prélèvement de 100 millions d’euros dans les fonds de roulement des universités.

Dans la réalité

En matière d’objectif, le ministère continue à jouer les voyants en fixant à l’école des valeurs chiffrées déconnectées des réalités du terrain. Le ministère entend ainsi réduire le taux de redoublement au CP à 0,5 % en 2017 (il était de 3,1 % l’année dernière). Avec des baisses semblables attendues du CE1 au CM2, l’Education nationale devrait donc finir de réduire le (si coûteux) redoublement à l’état de symbole… Dans le même ordre d’idée, le ministère entend réduire la part d’heures d’enseignement réalisées devant 10 élèves ou moins, à 6 % (contre 7 % aujourd’hui). D’un même coup de baguette magique, il espère voir diminuer les actes de violence grave au collège de 3 %... sans fournir les moyens de ce miracle. Cette politique incitative des statistiques n’aura encore une fois pas d’autre effet que de contraindre les personnels à des décisions dangereuses, en minorant des incidents ou en refusant des redoublements nécessaires, dans le seul but de maintenir le cap fixé.

Pour la FAEN, ce budget reste donc un budget de rigueur, puisqu’il compte fonctionner à moyens constants malgré l’augmentation importante du nombre d’élèves et d’étudiants accueillis et que les économies budgétaires sont presque toujours les seules raisons de toutes ces stratégies.

Source : Site FAEN Octobre 2015


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159813

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Bilan financier   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 25