SPIEN

Bac Pro 3 ans : toujours de vives oppositions.

lundi 9 mars 2009 par SPIEN - Matulik / Terver

Le passage au baccalauréat professionnel en trois ans suscite toujours de vives oppositions. Aujourd’hui, les défenseurs de la réforme se montrent déçus. Jean-Claude Lafay du SNPDEN, déplore ainsi que les dotations financières annuelles prévues pour les parcours d’accompagnement des élèves en difficulté ne soient pas débloquées. « Dans un contexte global d’économies et de suppression de postes, un tiers des académies n’admettent pas que des moyens supplémentaires leur soient affectés. C’est le cas de Toulouse, Montpellier, Rouen, Lille… », déplore Pascal Vivier, du Snetaa (EIL). La réforme prévoyait par ailleurs que tous les élèves du professionnel ne le quittent qu’avec un diplôme de niveau 5 (CAP ou BEP). « il était prévu que soit créé un CAP correspondant à chaque filière de Bac Pro, explique Jean Claude Lafay. Ce n’est pas le cas. Et comme il n’existe plus de filière spécifique de préparation du BEP, l’objectif d’un diplôme de niveau 5 pour tous sera difficile à tenir. Pis, poursuit Pascal Vivier, la réforme prévoyait également la création de BTS en Lycée Professionnels dont les professeurs seraient les enseignants de ces établissements, mais très peu d’Académies en ont créé. « Cette offre est pourtant essentielle, car elle vise à éviter aux bacheliers professionnels de partir à l’université où 93% d’entre eux connaissent l’échec », relève Pascal Vivier.

Source des informations : la lettre de l’éducation.

Il semble que le SNETAA s’était bercé d’illusions en adhérant au principe du Bac Pro 3 ans.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 160422

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 39