SPIEN

Grève du 23 septembre : les chiffres, ministère et syndicat.

jeudi 23 septembre 2010 par SPIEN - Matulik / Terver

Le taux d’enseignants gré­vistes s’élève jeudi à 25,8%, selon le minis­tère de l’Education, les syn­di­cats de la FSU annon­çant près de 55% de gré­vistes dans le pri­maire et 45% dans le secon­daire, des chiffres stables dans le pri­maire par rap­port au 7 sep­tembre et en baisse dans le secondaire.

Selon l’estimation pro­vi­soire du minis­tère de l’Education natio­nale dans la mati­née, les ensei­gnants des écoles étaient 32,68% à faire grève, et ceux du second degré 19,86%. Soit un total de gré­vistes de 25,8%, selon un communiqué.

Dans le second degré, les pro­fes­seurs étaient 22,8% à avoir cessé le tra­vail dans les col­lèges, 20% dans les lycées pro­fes­sion­nels, et 15,78% dans les lycées d’enseignement géné­ral et technologique.

Mardi, le SNUipp-FSU, pre­mier syn­di­cat du pri­maire, avait fait état d’une pré­vi­sion de 54,6% de gré­vistes, sur la base des décla­ra­tions d’intentions pré­vues par la loi sur le ser­vice mini­mum d’accueil.

Interrogé jeudi par l’AFP, le Snes-FSU, prin­ci­pal syn­di­cat des col­lèges et lycées, a indi­qué qu’"autour de 45%" des ensei­gnants étaient en grève, chiffre "en baisse" par rap­port au 7 septembre.

Lors de cette pré­cé­dente jour­née de grève, les taux de gré­vistes étaient de 33,6% (minis­tère) à 62% (SNUipp) dans le pri­maire, et de 25,8% (minis­tère) à 55% (Snes) dans le secon­daire. Le minis­tère avait chif­fré l’ensemble des gré­vistes à 29,4%.

"Le second degré ne baisse pas les bras", a déclaré le Snes dans un com­mu­ni­qué, rap­pe­lant qu’il s’agissait de la troi­sième jour­née de grève à laquelle étaient appe­lés les pro­fes­seurs du second degré depuis la ren­trée, le Snes ayant lancé un mou­ve­ment égale­ment le lundi 6 septembre.

Dans un com­mu­ni­qué, le SNUipp a indi­qué qu’il avait envoyé une lettre aux séna­teurs, qui doivent exa­mi­ner le pro­jet de réforme à par­tir du 5 octobre, afin de les aler­ter du "pro­fond sen­ti­ment d’injustice et de colère de la part des ensei­gnants des écoles".

Ceux-ci seront par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés par la mesure qui pré­voit de repor­ter l’âge du taux plein (dit aussi âge d’annulation de la décote) de 65 à 67 ans, ce alors qu’ils entrent dans la vie pro­fes­sion­nelle "tar­di­ve­ment, à 27 ans en moyenne". Cela fera bais­ser le mon­tant des pensions.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 162393

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sites   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4